1.7 billion : Les pertes financières causées par les erreurs logicielles en 2017

Selon un rapport du site TechRepublic, les anomalies et autres erreurs reliées à une mauvaise qualité logicielle ont couté aux entreprises plus de 1.7 billion en pertes financières en 2017, ou l’équivalent de 268 années de logiciels ou systèmes temporairement inactifs (communément appelé « downtime »). Ces données astronomiques démontrent clairement l’importance de la qualité logicielle ainsi que le travail qu’il reste à effectuer afin d’assurer celle-ci au sein de toutes les industries.

Voici quelques observations intéressantes du rapport de TechRepublic :

1) Les problèmes reliés à la qualité logicielle varient d’une industrie à l’autre

L’an dernier, les technologies utilisées dans le secteur du commerce de détail ont provoqué le plus grand nombre d’erreurs, en partie à cause de problèmes reliés aux mises à jour de téléphones intelligents et aux failles de sécurité qui peuvent être exploitées. Par contre, les problèmes au niveau des technologies dans les domaines des transports et des divertissements étaient légèrement à la baisse comparativement à 2015 et à 2016.

Un constat un peu plus inquiétant : il reste encore énormément de problèmes importants reliés à la qualité logicielle à régler dans les domaines des services publics et de la santé. En 2017, ces échecs ont pris la forme de systèmes informatiques qui n’envoyaient pas des millions de lettres importantes à des patients, de factures médicales beaucoup trop élevées, de réseaux Wi-Fi publics vulnérables et bien plus encore. Pour 2018, nous espérons que des poussées au niveau de l’automatisation des essais et des meilleures stratégies de tests aideront les entreprises à produire et livrer une meilleure qualité logicielle pour mieux servir les consommateurs et usagers de ces secteurs.

2) Peu importe l’industrie, la plupart des échecs sont encore reliés aux anomalie

Certains des problèmes mentionnés dans la section ci-haut étaient reliés à des vulnérabilités de sécurité dans la base technologique. Ceci étant dit, encore aujourd’hui, ce sont les problèmes causés par des anomalies crées en développement qui provoquent le plus d’enjeux au niveau de la qualité logicielle et ce, peu importe le type d’industrie. Ces anomalies, qui auraient pu être corrigées beaucoup plus tôt dans le cycle de production, entraînent des pertes financières majeures.

Chez Askida, nos spécialistes cherchent toujours à développer des logiciels et applications stables et évolutives qui possèdent une qualité logicielle hors du commun. Pour atteindre nos objectifs en matière de qualité, nous misons sur les essais et l’orchestration des essais automatisés grâce à notre plateforme Askida, qui nous permet de tester beaucoup plus tôt dans le cycle de développement, facilitant grandement l’identification et la correction d’erreurs et d’anomalies et ce, bien avant que celles-ci puissent affecter des usagers. Pour développer des logiciels de qualité supérieure, nous recommandons grandement une approche misant sur les essais automatisés et le test en continu (« continuous testing »), qui permettent une plus grande couverture au niveau des essais.

3) Une mauvaise qualité logicielle peut avoir un impact désastreux sur l’image de marque ou les revenus d’une entreprise

Une mauvaise qualité logicielle peut causer des dommages irréparables. Par exemple, en 2017, la valeur de marché de l’entreprise anglaise Provident Financial a chuté de 2,4 milliards de dollars à cause d’une nouvelle application de planification centrale qui provoquaient des erreurs massives, envoyant des agents au mauvais endroit au mauvais moment et plus encore. Cette situation navrante démontre bien comment une mauvaise qualité logicielle peut avoir un effet boule-de-neige pour une entreprise, endommageant l’image de marque et entrainant des pertes financières et des coûts additionnels importants en développement pour corriger les problèmes.

Pour éviter un cauchemar du genre, les entreprises doivent prendre la qualité logicielle et les essais au sérieux. Malheureusement…

4) Les entreprises tardent encore à implanter des stratégies de tests avancées

Les méthodes de développement ont changé énormément lors des 10 dernières années afin de permettre aux équipes de créer des modules et des fonctionnalités plus rapidement. Malheureusement, beaucoup d’entreprises tardent encore à implanter des stratégies de tests avancées qui pourraient permettre d’identifier et de régler les erreurs et les anomalies plus rapidement. L’assurance qualité est encore un secteur dans lequel beaucoup d’organisations hésitent à investir, croyant pouvoir s’en passer.

Au lieu de miser uniquement sur un processus de tests manuels imparfait, les entreprises doivent moderniser leur approche en matière d’assurance qualité en adoptant l’orchestration et l’automatisation des essais tout en intégrant des spécialistes de l’assurance qualité au sein des équipes de développement. En bout de ligne, l’objectif de votre entreprise doit être d’implanter une culture de la qualité logicielle et de tests. Chaque organisation et chaque équipe de développement est unique, mais en encourageant la qualité logicielle, vous mettrez toutes les chances de votre côté afin d’éviter des désastres comme l’application de Provident Financial.

Pour en savoir davantage à propos de la qualité logicielle et des meilleures pratiques à adopter, n’hésitez pas à nous contacter. Nos spécialistes travaillent régulièrement avec des entreprises de différentes tailles afin de revoir leurs processus de développement et d’identifier des améliorations potentielles. Nous pouvons vous aider à passer d’un processus de tests manuels à un processus de tests automatisés, vous accompagner dans le cadre d’un mandat de développement important et bien plus encore.

Image Team Askida

Team Askida

L'équipe d'Askida // Team Askida