5 conseils pour optimiser votre processus d’assurance qualité

Pour réussir aujourd’hui, les organisations doivent miser sur des équipes talentueuses, des outils robustes et des processus solides qui permettront à l’entreprise de produire plus de valeur d’affaires plus rapidement. Déployer des logiciels de haute qualité rapidement exige des processus d’assurance qualité modernes qui mettent l’accent sur l’automatisation des essais.

Pour mettre en place les meilleures pratiques au sein de votre organisation, voici 5 conseils pour vous aider à optimiser votre processus d’assurance qualité.

1. Faites de la place pour les spécialistes AQ au sein de vos équipes

L’automatisation des essais ne veut pas dire que les spécialistes AQ n’ont plus de place dans votre entreprise. Au contraire, les spécialistes AQ peuvent maintenant être intégrés directement au sein des équipes de développement. En élaborant des stratégies de tests, en créant des scripts de tests et en analysant les résultats de tests, ceux-ci contribuent directement au succès des projets en développement et apportent plus de valeur à votre organisation. Ils sont en quelque sorte les gardiens de la qualité logicielle au sein de votre entreprise.

La présence des spécialistes AQ au sein de vos équipes de développement lancent aussi un message clair : la qualité logicielle est une priorité pour votre entreprise. En étant présents dès le début d’un projet, les spécialistes AQ peuvent aussi tester beaucoup plus tôt dans le cycle de développement, permettant à votre équipe d’identifier et de régler des erreurs et des anomalies bien avant que celles-ci puissent affecter vos usagers.

2. Intégrez vos nouveaux outils de façon graduelle, un à la fois

Quoiqu’il est très important de toujours chercher à optimiser les processus au sein de votre entreprise, il faut aussi faire attention de ne pas brûler les étapes. Certaines entreprises tentent par exemple de passer d’un processus de développement traditionnel (dit « waterfall ») à un processus de développement Agile ou DevOps trop rapidement, sans laisser le temps à laisser leurs équipes de bien intégrer les nouveaux outils ou nouvelles méthodes de développement. Résultat ? Un cycle de développement chaotique et difficile, des employés surmenés et une qualité logicielle douteuse.

Au lieu d’imposer des changements trop brusques, choisissez un projet pilote pour intégrer une nouvelle technologie au sein de votre processus. À la fin du projet, prenez le temps d’effectuer un post-mortem afin d’analyser les bons coups de votre équipe ainsi que les aspects à améliorer. Ceci vous permettra de mieux comprendre les connaissances qui ont été acquises durant le projet.

3. Adoptez les tests en continu

Une étude réalisée récemment par la compagnie Forrester a confirmé que les organisations qui ont des pratiques Agile ou DevOps et qui ont mis en place une pratique de tests en continu ont généralement plus de succès en développement que les entreprises qui misent sur un processus d’assurance qualité moins structuré. En implémentant les tests en continu pour tester rapidement et régulièrement, en automatisant les essais de bout en bout, en testant dès que possible dans le cycle de développement et en mettant l’accent sur l’optimisation des processus, votre organisation pourra se démarquer de ses compétiteurs.

Malheureusement, seulement 26 pourcent des entreprises qui ont participé à l’étude de Forrester misaient actuellement sur une pratique de tests en continu. Les bénéfices des tests en continu sont clairs, mais beaucoup entreprises tardent encore à emboiter le pas. Les tests en continu pourraient donc représenter une opportunité intéressante pour votre organisation.

4. Automatisez selon votre capacité

Contrairement aux tests manuels, les tests automatisés permettent aux tests de suivre la cadence de l’équipe de développement. Par contre, une automatisation complète de tous les essais n’est pas toujours nécessaire. Chaque projet est différent, et il possible de combiner les tests manuels aux tests automatisés pour assurer une bonne couverture tout en respectant les budgets établis.

Si vous n’avez pas les ressources suffisantes pour automatiser une grande partie de vos essais, vous pouvez commencer par vos sources de douleurs les plus importantes. Par exemple, si vous travaillez sur une application qui possède un module de facturation et que celui-ci est très important pour assurer le bon fonctionnement de votre logiciel, vous pouvez automatiser les essais pour ce module seulement. La couverture de vos essais automatisés sera réduite, mais au moins elle garantira le bon fonctionnement d’un module clé. De plus, ceci éliminera des tâches pour vos spécialistes AQ, qui pourront investir leurs efforts ailleurs.

5. Faites confiance aux données

Les essais automatisés produisent des données qui peuvent vous permettre de guider le processus de développement, de mesurer la vélocité de votre équipe et de produire des rapports précis qui sont mis à jour régulièrement. Grâce aux données, vous pourrez voir de façon visuelle combien de tests ont réussi, combien ont échoué, consulter un historique de la qualité logicielle de votre application au fil du temps et bien plus encore.

Les données ne mentent pas. Si le développement d’une application ne progresse pas aussi rapidement qu’espéré, les données démontreront clairement les faiblesses à améliorer et elles vous permettront d’apporter des correctifs de façon préventive. Grâce aux données, vous pourrez réduire les risques et mieux comprendre l’état actuel d’une application ou d’un logiciel et le travail qui reste à effectuer.

Votre processus d’assurance qualité met-il l’accent sur les essais automatisés ? Êtes-vous en mesure d’assurer une qualité logicielle élevée avec vos méthodes actuelles ? Laissez-nous un commentaire dans la section ci-bas !

Image Team Askida

Team Askida

L'équipe d'Askida // Team Askida